Essai routier Mercedes Benz C300 4Matic

Communiquez avec nous

La merveilleuse Mercedes Benz C300 4MATIC

Un vrai petit bijou…ou presque!

J'ai déjà couvert la nouvelle berline de Classe C de Mercedes-Benz dans ce blogue l'été dernier. Je me souviens très bien d'en avoir vanté les mérites. Je l'avais conduite sur la piste de course de Calaboogie en Ontario et j'étais tombé amoureux de cette belle petite Allemande. Seul petit «hic», l'auto était à propulsion arrière et, malgré l'antipatinage standard, je ne crois pas que cette auto aurait été vraiment à la hauteur de la situation sur la neige ou la glace, surtout pour un gars comme moi qui est habitué à un 4 x 4.

Mais lorsque Mercedes-Benz Canada m'a offert d'essayer la C300 4MATIC (4 x 4) la semaine dernière, je n'ai pu résister à la tentation. Surtout que le constructeur a eu la décence de l'équiper de pneus d'hiver, des Pirelli Sottozero de performance. Notons immédiatement, que la C300 est mue par le plus petit V6 au catalogue, un moteur de 3,0 litres qui fait 228 chevaux et 221 livres-pied de couple. Il vient avec une boîte automatique à sept rapports à laquelle je reprocherais parfois d'avoir des réactions trop lentes lors des reprises. Sinon, elle fonctionne à merveille avec beaucoup de douceur. Le conducteur peut également la manipuler manuellement s'il le désire. Malgré que ce fut le «petit» moteur (il y a un V6 de 3,5 litres de 268 chevaux au catalogue), j'ai trouvé le 3,0 litres très approprié au véhicule. Ses accélérations sont vives et les reprises rassurantes…sauf, encore une fois pour les temps de réaction de la boîte de vitesses. Quant au système 4MATIC, il fonctionne avec tant de souplesse et de transparence qu'on ne s'aperçoit pas qu'il existe. Le transfert de puissance entre la traction d'avant et celle d'arrière est si équilibré que, même sur la neige, il est difficile de faire déraper l'arrière comme la plupart des systèmes de traction intégrale qui renvoient de la puissance supplémentaire aux roues arrière nous permettent de le faire. Et les pneus Pirelli ont très bien fait leur «job»!

blog-15.jpg

La Mercedes Benz C300 4MATIC est la berline idéale en hiver (Photo Éric Descarries)

L'intérieur de la version 4MATIC est pareil à celui de la version à propulsion : bien aménagé, bien assemblé, virtuellement sans reproche sauf pour des commandes un peu trop compliquées. Et j'en ai surtout conte ce système de petit bras pour activer le régulateur de vitesse que je confonds toujours avec celui des clignotants…et ce, même après de nombreux essais de véhicules Mercedes. Ah oui! Il y a ce petit bouton rond de commande au centre de la console, une invention de BMW, que je trouve peu utile. On devrait tout y régler, de la radio au système de navigation mais il demande quand même un peu de concentration. Les bons vieux boutons du passé devraient suffire! Les places arrière peuvent être un peu justes pour des adultes mais suffisantes pour des enfants. Quant au coffre, il est grand et pratique. La visibilité est très bonne tout le tour.

Le comportement routier de la C300 est presque sans reproche. Sauf que j'ai trouvé la suspension sèche et moins confortable sur la route 117 menant vers le Mont Tremblant. Il faut dire que la portion de cette route au nord de l'Autoroute 15 est plutôt bosselée en ce temps-ci de l'année mais la rigidité de la suspension n'a pas aidé. Incidemment, comment aimez-vous les nids-de-poule en ce temps-ci de l'année? Je suis certain qu'ils sont responsables de la déformation du flanc d'un des pneus Pirelli de la Mercedes!

Source : © La Presse, ltée.

https://blogues.lapresse.ca/monvolant/descarries/2008/02/19/la-merveilleuse-mercedes-benz-c300-4matic/