CHRYSLER 300

Communiquez avec nous

La 300 a évolué depuis qu'elle est sortie, impudente, de la chaîne de montage en 2004, ses plis épointés, son toit tronqué et son air effronté ayant assuré la place du concepteur Ralph Gilles dans le lexique automobile. (Photo: Chrysler)

Vu le seul et unique tour auquel nous avions droit avec chaque modèle, et la courte piste d'essai, la Chrysler 300 que nous dirigions avait à peine franchi le cap des 100 km/h. Et elle avait réussi à maintenir sa trajectoire et son sang-froid dans les virages serrés? une sortie plutôt tranquille, je me disais, même pour un néophyte!

La 300 a évolué depuis qu'elle est sortie, impudente, de la chaîne de montage en 2004, ses plis épointés, son toit tronqué et son air effronté ayant assuré la place du concepteur Ralph Gilles dans le lexique automobile.

La 300 2011 remaniée avait réussi à m'impressionner avec son habitacle nettement supérieur. En effet, sur toute la ligne, les habitacles de Chrysler sont passés des plus méprisés de l'industrie à exceptionnels en un coup magistral.

Je n'étais pas si convaincue des changements esthétiques radicaux opérés à l'extérieur, par contre. Mais si en troquant son caractère distinctif pour un air plus raffiné, presque germanique, elle se veut moins osée et plus grand public, au moins elle ne projette plus l'image d'un gangster vieillissant.

Outre l'ajout d'autres commodités intérieures, dont un système infoloisirs avec écran tactile, les textos mains libres, la navigation par commande vocale, le cuir souple et le bois sablé à la main de la 300C Executive Series ainsi que la chaîne audio Dr. Dre de 552 watts à 10 haut-parleurs de la 300S, la grande nouvelle pour la gamme de berlines 300 est la nouvelle boîte automatique à huit rapports offerte sur tous les modèles à propulsion et V6 à TI. Une première de l'industrie pour un constructeur américain.

Fabriquée actuellement par l'entreprise allemande ZF Engineering, qui fournit également des marques de prestige comme Audi, Bentley et BMW, la nouvelle boîte sera plus tard produite à l'usine de Chrysler à Kokomo, en Indiana.

Chrysler 300 2012 intérieur
Les habitacles de Chrysler sont passés des plus méprisés de l'industrie à exceptionnels en un coup magistral. (Photo: Chrysler)

Plus légère que la version à cinq vitesses, la boîte 845RE permettra une économie de carburant « dans les deux chiffres » selon le chef de la division des boîtes de vitesses et des transmissions, Mirceau Gradu.

Elle est suave, en tout cas. Les vitesses additionnelles permettent à la berline de vagabonder sans effort tout en maintenant un régime bas privilégiant la faible consommation. En mode Sport, la boîte monte un peu plus haut dans les tours et change de rapport plus vite, pour une expérience plus vive et nerveuse. Les 300S proposent des palettes au volant coulées sous pression, pour notre plus grand bonheur.

Même s'il ne vous plaquera pas contre votre siège comme le SRT8 et ses 470 chevaux, le léger V6 Pentastar de 292 ch se fait super enjoué quand il s'allie à la huit-vitesses.

Côté plaisir de conduite, j'ai préféré le modèle à propulsion plus léger : la direction y était plus nerveuse et elle se déchaînait davantage. (Photo: Chrysler)

Les conducteurs canadiens apprécieront sans doute la TI offerte sur tous les modèles V6, vu nos dangereuses routes hivernales. Le système désactive automatiquement les essieux avant lorsqu'ils ne sont pas nécessaires, réduisant ainsi la consommation.

Côté plaisir de conduite, j'ai préféré le modèle à propulsion plus léger : la direction y était plus nerveuse et elle se déchaînait davantage.

La boîte à huit vitesses n'accompagne que les modèles armés du V6 Pentastar pour l'instant. Les 300 ordinaires avec leur HEMI ou SRT8 doivent se contenter de la cinq-vitesses actuelle. Dommage.

Bref, avec la nouvelle 845E, le V6 ne brûle pas beaucoup d'essence, et sa vivacité en fait un choix intéressant plutôt qu'un compromis.

source: auto123